La revue Le laboratoire Les salons L'oeuvre Les plumes

 

 

Marion fabule, Marion affabule, son verbe bourgeonne et sa plume fleurit.

Sous sa verve, les mots et les images débordent d'une vie végétale, métamorphosées par des greffes sauvages, miracle baptisé "lubréaction", la bouture vit.

 

A propos de Marion...

BOUTURES :
Épidermes enlacés
Fascination du feu
Bacchanales
Hom'mage
Baiser de feu
Éclosion d'immortalité
Désirs inapaisés
Saoulitude
Embrasement
Érection
Goût piment
Explose-moi
Bercements d'infini
Plaisirs
Lactance
Impressions chocolatées
Viens
Sensualité
Adultère
Au maître
Impérative incantation
Reine de Sabbat
A Philippe
Saillie
L'odorante
A me nourrir de toi
Les louves
Tentation

Épidermes Enlacés

Je veux hanter ta vie.
Me nourrir au calice de ta bouche.
M'abreuver de ton sang.
Embraser tes yeux suppliants.
Te dévorer, comme une bête avide, incandescente.
Ensorceler tes rêves.
T'étouffer de mes lèvres brûlantes.
Lacérer ta peau tendre et soyeuse
Des griffes acérées de mes doigts.
Et de mes ongles longs faire exploser ta jouissance
Te posséder lascivement
De ma langue tendue
Te brûler
T'envoûter
Sombre succube, je me pose
Sur toi et te lape doucement.
Mes cheveux rougeoyants
Enflamment ta poitrine
J'aspire lentement ton âme
Te dévore de ma bouche avide,
Calme et sûre,
Implacable
Les yeux vrillés en toi
Sauvage et possessif
Animal sensuel et goulu
Je me régale de toi,
Chaque nuit
Pour l'éternité
Monstrueux et maudit
Fascinant
Grisant.
Planté sous l'incarnat de ma sève
Savoure moi
Possède-moi à  ton tour
Vampire de mes insomnies

Richesses byzantines
De ce monde aux dévoiements naturels
Empli de biotypes transgéniques
qui contaminent l’encre et débordent le langage

 

Fascination du feu

Mon corps ondule
Sous tes paumes brûlantes
Ma peau gémit
Mes seins se tendent
Mes lèvres avides
Se gonflent de désir
Fesses cambrées
Tétons durcis
Mes sens embrasés
Réclamant
Ton hommage
Ta torche dressée
Enflamme mon sexe
Ivresse
Désir
Brasier où ton âme
Prend un goût d’incendie
Ma chair appelle ta peau
Je respire ton corps
Te lèche
Te mordille
Te dévore
Je hume ton odeur
Qui déculpe mon ardeur
Amour torride
Passion dévorante
Ah
Soumettre ma faim
Vaincre ma boulimie
Mais mon ventre t’appelle
Mes cuisses
Ruisselantes
Te réclament
Encore
Encore
Sans fin
Inassouvies
Amour à l’Infini
Démesure
Conjugaison d’éternelle avancée
Vers l’Absolu
Ah
Baise moi
Les lèvres
Fouille de ta langue
Les fruits cachés
De ma lascivité
Fait hurler ma forge rougeoyante
Sous tes coups de boutoir
Encore
Encore
Sans fin
Infinité de mon désir
Démesure
Vertige des plaisirs
De la chair
Immense faim de ton sexe
Appétit sexuel dévorant
Mes mains t’éventrent
Et te découvrent

J’érige  ton sexe  d'étoiles
Je lape l'illusoire à tes lèvres de corail
Mon string de marbre s'empourpre
Au soleil de ton désir

Bacchanales

Ouvre donc la cage aux amours retors !
Libère nos âmes des affres du remords !
Je veux déchaîner ta lascivité
Exacerber ta sensualité
Te griser, t’enfiévrer, t’enivrer…
Te soûler de baisers langoureux :
Laisse- moi te fasciner,
T’envoûter
Et te prendre,
Livre-toi …
Exaltation d’émotions délicieuses
Mes lèvres capiteuses
S’ouvriront pour ton plaisir
Voluptueuses
Caressantes
Enveloppantes :
Cède-moi…
Je veux te savourer
Te laper
T’affoler
Et te boire
Ouvre-toi…
Égarer ta raison devient ma seule mission :
Faire de toi mon amant et ma tendre prison.

Lèvres contre bouche
Peau à peau doigts emmêlés
Corps entrelacés.
Un sexe érigé
Une main qui va qui vient
Lèvres affolantes

 

Hom'mage
 
Mon ventre impérieux
M’éveille :
Mes reins se cambrent en appel de toi,
Mon échine frissonne
Du désir de ta peau
Pour courir
Tout au long de mes cuisses. 
Fesses lovées contre toi
J’écoute le chant de tes paumes
Expertes
Ruisseler sur ma nuque. 
Ton souffle dans mes cheveux
M’attise 
Allume moi encore
Jusqu'à la jouissance
Montre moi le soleil de tes yeux
Que mon corps nu se pare
A la foudre de ton âme. 
Embrase moi encore
Jusqu'à l’inaccessible
Que jaillissent des gerbes de flammes
Au réveil de nos offrandes volcaniques 
Orgiaques agapes
Fusion totale de nos sens explosés
Où l’amour et la mort se rejoignent.
Désir de toi

Les cuisses ouvertes
Le sexe dressé, tendu
Il ferme les yeux
Des lèvres brûlantes
Enserrent le membre droit
Une langue explore

Baiser de feu
 
 Au creux de ses reins
L’appel de l’autre
Ne fait qu’attiser
Le feu de ses caresses. 
Réveil volcanique,
Rougeoyante fournaise,
Le galbe frissonnant de
Sa croupe se cambre. 
A la saveur de son membre dressé
S’enflamment d’inextinguibles désirs 
Dévorante liqueur âpre
Brûlante et sourde lave
Le cyprique nectar s’écoule
Fontaine épanouie
Offerte à l’amant
Inapaisé  
Leurs âmes pâmées
Ouvertes en corolle
Fleurs épanouies
Aux chaudes couleurs
S’unissent
En un baiser de feu

Va et viens du sexe
Les pointes de ses seins lourds
Ruissellent d'amour
Longs doigts d'expert
Enflamment sa vulve ouverte
Plaisir infini

 

Éclosion d'immortalité

Viens
Suis moi
Rejoins moi
Et prolonge
Mon embrasement
Viens
Implante toi
Viens profond à ma rencontre
Reste de marbre veiné, durci
Plante toi fort
Et germe en moi
Eclabousse-moi de lumière
Eblouis-moi d’étoiles
Paillette-moi de ta sève enchantée
Germe en moi
Et fais naître
L’amour infini
La plénitude
Inonde moi de ta semence
Viens, plonge toi en moi
Cuisses offertes pour ton plaisir
Inépuisable GRAAL de tes soupirs
Viens
Plante l’Ivraie au fond de moi

Douceur érigée
De ses lèvres elle sculpte
Sa verge de marbre
A bout de souffle
Les tempes affolées
Elle cède au plaisir

 

Désirs inapaisés
 
Au-delà du mépris
Que tu m’inspires 
Du dégoût de toi
De la nausée
  Au-delà de l’infiniment grotesque 
Au bout de l’immoral
Et de l’insupportable 
Une île
Un soleil
Une sourde brûlure
Enfièvre mes sens 
Douce caresse de sa voix chaude
Flambée de mes désirs inassouvis
Battements sourds de mes lèvres palpitantes 
Lui
M’offre la rédemption
Une orgie de délices 
Lui
Terrible damnation
De mon âme surchauffée
Offerte à ses tendres supplices 
Lui.
Si lointain et si proche
Possèdera tout
L’inaccessible et le non dit
Le nommable et l’innommable 
Lui seul
Magicien des lumières
Saura dompter ma rage
Et apaiser mon corps 
Jeux de flammes lancinants
Bouche et lèvres offertes 
Insatiable bonheur

Le sexe dressé
Les cuisses raidies de plaisir
Il ferme les yeux
Sous ses caresses
Sa peau répond à l'appel
Ivre de baisers

 

Saoulitude
 

Mon amour
Ma moitié
Depuis
Que tu m’as quittée
Je vis le feu et la braise
Je vis l’enfer et la fièvre 
Je me saoule
Je m’enivre
J’accroche mon cœur en dérive
J’affole qui veut se damner
J’envole qui veut se fixer 
Je répands le soufre et la cendre
Je brûle mes ailes au néant
J’offre mon corps à qui l’achète
Et je me pends
Je me repends 
Et si tu veux que je rachète
Mon âme au diable
Il n’est plus temps 
Mon amour
Mon aimé
Depuis que tu m’as libérée
J’ai suspendu mon cœur au diable
Je brûle mes ailes à son âme 
Je surprends
Je me vends
Je m’offre même à tout venant
Mieux vaut l’amour que le suicide
Mieux vaut l’accord à la dérive 
Je t’aimais tant de temps en temps
Autant en emportait le vent
De mes désirs à mes soupirs
Je t’aimais tant
Je t’aimais tant 
Si la putain
Que t’as fait naître
Se fait princesse pour sourire
A l’agilité qui te blesse
Autant ne pas trop la maudire 
 Mon amour
Ma moitié
Depuis
Que tu m’as quittée
Je vis le feu et la braise
Je vis l’enfer et la fièvre 
Je me saoule
Je m’enivre
J’accroche mon cœur en dérive
J’affole qui veut se damner
J’envole qui veut se fixer 

Dans le canapé
Il voudrait bien résister
Elle l'a chevauché
Il n'est pas fautif
Sa poitrine sous le nez
Leurs sexes collés

 

Embrasement
  
Tes yeux comme des braises aux brûlantes saveurs
M’enflamment toute entière 
Ma peau irradie
Sous le chant de tes longs doigts experts 
Aiguilles diamantées 
Picotements suaves 
Ma fournaise s’active
Au grès de tes caresses…  
Ta virilité brune
Exalte mon corps nu
Hors d’haleine,
Rompu à nos exquises batailles 
La cambrure de mes reins t’appelle
Mon incendie te gagne
Et t’embrase
Tout entier 
Ah
Sentir en moi l’ébène
Implacable
De ton désir ardent 
Étinceler sous le tonnerre
De ton impatience 
Jaillir sous tes baisers 
Exiger
Ton hommage
Des pointes dures de mes seins bandés  
Te boire
Te laper
Enhardir tes désirs
Longtemps te consumer entre mes lèvres
Feu inextinguible 
De nos âmes embrasées 
S’efforcer de l’éteindre
Et pourtant
L’attiser

Elle l'a provoqué
Il fait feu dans la bagarre
Elle subit l'assaut !

 

Érection

Large sexe de métal froid
Qui va qui vient
Qui vient qui va
Qui me pénètre
Et m’abandonne
M’enflamme
Me brûle
Et m’incendie
Langue de glace
Stalactite implacable
Entre mes lèvres offertes
Clouées de désir
Membre de glace
Qu’aucun brasier n’a pu faire fondre
Fesses tendues
Rondeurs offertes
A ce pieu pénétrant
Inévitable jouissance
Piège de mes sens
Embrasés
Crucifixion de mon corps
Incandescent

Magicien des lumières
Saura dompter ma rage
Et apaiser mon corps
Jeux de flammes lancinants
Bouche et lèvres offertes
Insatiable bonheur

 

Goût piment

Saveur pimentée
De son sexe
Fragrance poivrée
De son désir
Il vient
Son corps houleux se pliant à mes lèvres
Oscillation
Chavirement de mes pupilles
Rivées en son âme d'étang
Sucre de sa peau
Sel de sa sueur
Perlance de nos transparences
Il va en moi
Comme une houle
Marée secouée de bourrasques
Ballottant mon être consentant
Au delà de la jouissance
Traversant
Sexes accolés
Les portes multiples de l'extase

Blottir ma tendresse
Contre ta chaleur
Animale
Désireuse
En ivresse de toi
Mêler mon âme
A l'eau de ton âme
Et te rejoindre
Jouissive alchimie

Explose-moi

Explose moi la bouche
De ta hampe raidie
Enhardis-toi longtemps
De tout ton poing serré
Fais venir le désir
A faire jaillir
Ton ventre
Inonde moi les lèvres
Le visage et les seins
Caresse moi profond
Plante moi de tes doigts
Enfonce moi l’amour
Fais moi jouir de toi
A faire déferler
Mes saveurs intimes

Amoureusement
Tes mains m'emportent...
Obéir
L'âme offerte
Nimbée de ta puissance
Virile
Humer l'essence
De tes désirs
Oublier la raison
Murmurer ma tendresse
Mon amour
Mon amant
Éperdument
T'appartenir

 

Bercements d'infini

Je te bercerai de caresses intimes
Pour que jaillisse
La laitance
T’accueillir en mes reins
Faire de moi une offrande
Être tienne !
Bois ma vie …
Je veux ta déraison
Jusqu’à l’étouffement.
Sculpter ta hampe de ma folie
Doucement, lentement
Savourer, me repaître de ta puissance
Jusqu' au bonheur de rendre l'âme.
Partager les saveurs infinies du désir
Fouiller creuser encore la terre nourricière
Aller te chercher loin, jusqu’à l’éclatement
Jusqu'à l’éclaboussure
De ta divinité

Fleurs charnelles
Les yeux clos
Sentir vibrer l'attente
Au brasier de mon ventre
Laisser en moi
S'épanouir les fleurs
Incandescentes de
Mon désir
Rêver
Indécente
De nos étreintes passionnées
Laisser envahir
Mon corps embrasés
Par le besoin de toi

Plaisirs

Impassible, immobile
Les yeux rivés en lui
Les bras marcottés sous sa peau
Elle noie intensément
Son âme
Du plus profond de ses entrailles
Ventre d’homme
Réceptacle d’amour
Tiède refuge
Sa vie la quitte pour se noyer dans son odeur poivrée
Son être s’étiole
Et puis s’envole.
Comme un papier brûlé,
Puis monte doucement vers son éternité.
Bulles irisées de reflets miroitants
Leurs désires accolés s’amplifient
Jusqu'à l’éclatement

AU FIL DE NOUS
Ses reins accompagnent le galbe frissonnant
des vagues de son corps attisé
Torsion de sa chevelure, un tour, puis deux,
autour de son poignet
Caresse de sa bouche à la langue tendrement câline
sur les pointes impérieuses
Vulve agacée par la brûlure de son membre tendu
Rage d’essences
Orgasmes triomphants

 

Lactance

Suce
Excite
Lèche
La raideur de son membre
A t’empaler la bouche
Que son sexe se dresse
Droit comme de la corne
Sous le feu de tes sens
Suce
Excite
Lèche
Que tous ses muscles bandent
A lui darder la peau
Que ta passion l’attise
Ainsi qu’une hérésie
Enfer de sa damnation
Suce
Excite
Lèche
Transpire son odeur
Comme une chienne en rut
Viole et mange sa bouche
De tes lèvres gourmandes
Que tes cheveux l’enivrent
Suce
Excite
Lèche
A mordiller son torse
Affoler l’animal
L’aimer à l’épuiser
A lui offrir la voie lactée

Impressions chocolatées

 Ses yeux pailletés
Au long goût de noisettes
Se mélangent
A l'onctueux chocolat de son lourd regard
Impression de saveurs liquoreuses
Liquidités fondantes
Allongements
Harmonie de douceurs alanguies
Tendresse
Du coin des lèvres
Ses mains scintillent
A l'ombre de ses cheveux
... Là
Où sa bouche picore
De délicieux préludes.
Sous sa langue pétillent
De subtiles senteurs sucrées.
Gourmande
Elle se délecte
Des rondeurs sirupeuses aux suaves parfums
Des délices moelleux de ses lèvres pulpeuses... 

Viens

Laisse toi happer par mes lèvres gourmandes
Etire un voile d'or au gré de tes brunes prunelles
Et savoure l'instant
Où recueillie,
Agenouillée comme en prière
Je m'abreuve
Goulue
La bouche sensuelle
Les doigts habiles
Les seins bandés
A me griser de ta peau
si douce

 

Sensualité

De la langue de ses prunelles
Elle lèche
Lentement
Le sel de sa peau vibrante
Fouille
Tous ses désirs frémissants
En sa brune toison odorante
Explore
Au calice de sa bouche
De délicieux rivages
Chatoiements langoureux de ses soieries intimes
Elle s’offre les fragrances poivrées
De ses voluptés
Et se pâme
Chavire
Allégée de saveurs pétillantes
Entre ses lèvres
Rosies de plaisirs

 

Adultère

De longues mains
Doucement posées
Sur ses paumes
Enlacent ses doigts
Amoureusement
Et la guident
Vers l'exquise fleur offerte
De ses troublances...
Floraison de sa féminité
La délicieuse caresse s'élance
Profonde
Vers de savoureux présages
D'un subtil émerveillement
Mêlé des frottements de ses dentelles
A l'écorce
Des membrures gonflées.
Lascivité
Extases
Des moites fragrances
D'orgasmes fusionnels

Au maître

Viens, maintenant
Mon amour
Laisse- moi te laper
Me gorger de sa sève
Colle-moi contre
Le mur
Mon amour
Ma passion
Mon saigneur
A m’écarteler
A museler ma bouche
A me violer les lèvres
De ton sexe

Que ma soumission
Te ravisse
Que tu grognes de plaisir
Ton désir d’explosion

Mon amour nourricier
Viens là que je t’allonge
A boire en ton calice
La coupe généreuse
Et chaude de ton Graal

Soumets-moi
Moi
Ton insoumise
Ta sauvage
Ton indomptée

Explose- moi en bouche
Mon tendre seigneur
Et gagne ton apaisement

 

Impérative incantation

Caresse-moi sans interdit
De tes yeux violemment charnels
Allonge-moi dans tes délires
Voluptueux et sensuels

Embrasse- moi !
Echauffe- moi !
Embrase- moi !
Et brûle en moi !

Prémices d’un amour fougueux
Eclate-moi de tes longs doigts
Enflamme- moi de longs baisers!
Et porte- moi sur le bûcher

Embrasse- moi
Echauffe- moi !
Embrase- moi !
Et brûle en moi !

Arrache toutes mes pétales
Déchire tous mes petits secrets
Depuis l’aiguille de mes reins
Viens mes lèvres déchiqueter !

Embrasse- moi
Echauffe- moi !
Embrase- moi !
Et brûle en moi !

Qu’auprès de toi je me consume
A la flambée de nos péchés
Des rouges flammes de ton brasier
Je vais encore goûter le ventre!

Embrasse- moi
Echauffe- moi !
Embrase- moi !
Et brûle en moi !

Caresse- moi du bout de toi
Que tout ton corps se fonde en moi
Enflamme-moi le bout des seins
Incendie- toi et meurs en moi !

Embrasse- moi
Echauffe- moi !
Embrase- moi !
Et brûle en moi !
Embrasse- moi
Echauffe- moi !
Embrase- moi !
Et brûle en moi !

Tentation

…Juste
Te caresser des yeux,
Dessiner le contour de tes lèvres charnues.
Imaginer ma langue lécher tout doucement tes tendres et bruns trésors

…Seulement t’imaginer à moi,
Les yeux clos,
Allongé sur ma couche,
Offert à mon sensuel appétit de femelle.

Savourer
Encore,
Infiniment,
Jamais repue,
Ta masculinité !

M’enivrer de tes odeurs exotiques
Senteurs vanille
Sucres de ta crémeuse Lactance

Offre- moi de doux rêves érotiques
Des fantasmes déliés
Débride-moi !

 

Reine de Sabbat

Transpire son odeur
Comme une femelle en rut

Envole le de tes cheveux
Viole sa bouche
De tes lèvres

Épuise toi à le baiser
A mordiller son torse
Affoler son animalité

Tu lui masqueras les sens
Hors du temps
De l’espace
Pour le happer encore
Et te faire hurler de lui

Reine de Sabbat
Princesse de ses orgies animales
Transporte son plaisir au-delà du possible
Emmène le, ton prince des Ténèbres
Au bout de l’infiniment grand

Et qu’il joue comme tu l'entends
Avec sa chienne accroupie
Au hasard de son aveuglement provoqué

Tu l'aimes
Tu le veux
Tu désires le feu de ses doigts
Comme autant de flammèches
Sur ta peau frémissante

Tu désires être sienne au grès de son plaisir
Assouvir son désir de femmes

Aime la
Elle
Qui t’a choisi entre tous
Fais la flamber
Elle
Que tu as choisie entre toutes

Prêts au sabbat infernal
Vos corps s’unissent
A s’embraser
Pour l’éternité

Les louves

Côte à côte, flancs accolés, les lames aiguës de leurs iris s’immobilisent
Se dilatent
A la découverte de leur proie
HOMME
Odeur alléchante
Saveur du mâle
Babines retroussées
Narines dilatées
Gestes calculés
Elles rampent
Félines
Frôlent le corps endormi
Et feulent
Frottent leurs désirs de louves
Bestialité décuplée
Appétits tenaces
Salivations excitées
Besoin impérieux
Sens exacerbés

En femelles voraces
Elles se pourlèchent
Et caressent
Cette fragrance masculine à se l’approprier

Moiteur laiteuse
Les louves se repaissent
Caressantes et languissantes
Complicités jumelles
Territoires pas à pas
Violés

Saillie

Lentement
Il lui brûle
La peau
De ses frissons
Se l apprivoise
Du bout des pores
Domptant le feu
De son ardeur incendiaire
Il allume
Des langues et des flammes
Qui s’amplifient
Et gonflent
A faille saillir
La fleur incandescente
Rouge sang
Vivifiante
En gerbes explosives

 

L'odorante

Lui
Qui jamais ne la caressera
La hume
Sent son odeur de femelle
Et son désir de louve
De loin
Il frissonne
Aux senteurs impalpables de son épiderme
Et observe
La frénétique danse
De son ardent bassin
Yeux clos
Les prunelles consumées
Il brûle
En accord avec son plaisir
Sent palpiter ses tempes
Des bouillonnements de son sang

Lentement
Un à un
Il pourlèche ses doigts
Comme pour lire encore
L ivresse inaccessible
De la non
Apprivoisable

 

A me nourrir de toi

Posée
Toute douce
Goulue
Inassouvie
Au large rebord de tes cils
Je bois l’eau
De ta vie

J’aspire ton amour
Je dévore ton âme
Fais croquer sous mes dents les tourments qui t’affolent

Séduite
Par ta passivité

Les sens affolés
Par ton abandon

Rassurée
Par ton consentement

Calmée
Par ton inertie

A laper ce nectar, viendra la saoulerie
Pour que me submerge
Comme une vague immense
La perte de l’indicible
Que commence l’errance
L’oubli de mon nom
Le déni de mon image…

J’étancherai ma soif
Jusqu’à la déraison
A longues gorgées suaves
Par de lourdes rasades englouties
A me barbouiller le menton
A me souiller la gorge
Sans prendre garde
A la sauvagerie de mon attitude
Au dépeçage orgiaque de mes excès lunaires

Pitoyable bête traquée, je déchiquette et me nourris
Les tempes enfiévrées, absorbant tout de toi
A en vomir mon âme
Ecoeurée, nauséeuse
Gourmande et amoureuse
Jusqu’à mourir de toi

Ah
Que me prenne la folie
Et que me noie l’oubli !

Je savoure le pétillement suave de ton regard vert
Et m’enivre de toi, jamais repue, ni satisfaite

Avide de disparaître à jamais à la violence, à la tourmente
Jusqu'à la béatitude

Sous ma langue
Je goûte la liqueur âcre de tes prunelles
Gueule arrondie
Pupilles hagardes et floues
Comme tète la louve chancelante
Et me ressource
Pour trouver la paix

Les yeux noyés
Tête penchée
Tu me regardes
Visage incliné

Je suis en plénitude
A la saveur de ton sourire.

A Philippe

Une voix ronde et charnelle
Fait bouillonner
L'impatience de la femelle...

Approcher
Sentir
Renifler
Palper

Goûter les chairs poivrées
S'enivrer aux multiples saveurs de toutes les peaux offertes
Quitte à perdre
Tout ce qui reste d'humain

Palper
A pleines pognes
Renifler les yeux clos
Bouches ouvertes
Langues avides de tous les délices

Désirs inapaisables d'une incontrôlable alchimie
Indécences et gourmandises exacerbées
De leurs corps enflammés

Sentir frémir
Frissonner
Vaciller
Comme autant de flammèches
Les peaux nues et luisantes
embrasées
Jusqu'aux mille extases de la douleur

Aux cuisses brûlantes de lave
Seins à hurler aux pointes de pierre
Les ventres de Terre hurlent d'une faim immense
d'un gigantesque
Pantagruélique
Besoin de plénitude

 

 

 

Contactez le Directeur de la RédactionContactez la WebmistressPlan du site

© La Vénus Littéraire (2005-2009)
ISSN 1960- 6834 - délivré par ISSN France - BNF